banner par

             

Voyage ornithologique familial en Thaïlande en février 2014

Voyage ornithologique familial en Thaïlande en février 2014 | Ornithomedia.com

150211c7493481195548-thailande-300-710x1000Gérard Rolin a effectué un voyage ornithologique et naturaliste de huit jours en Thaïlande en février 2014 avec sa femme et ses deux enfants (13 et 16 ans) grâce à la compagnie Wildbird Ecotours. Accompagnés d’un chauffeur et d’un guide, ils ont notamment visité plusieurs zones humides côtières dans la province de Phetchaburi (marais salants de Ban Pak Thale et Laem Phak Bia Environmental and Development Project) et les parcs nationaux de Kaeng Krachan et de Khao Yai. Ils ont observé 232 espèces d'oiseaux et 15 de mammifères, et nous publions ici leur rapport. 
Leur guide Kampol Sukhumalind est considéré comme étant le meilleur ornithologue thaïlandais. C’est aussi un excellent naturaliste (herpétologiste et entomologiste de haut niveau) qui a participé à plusieurs programmes d’étude, de prospection et de conservation, notamment de la Brève de Gurney (Pitta Gurneyi), une espèce au bord de l'extinction en Thaïlande. Il travaille également pour différents magazines (Osotho et Explore).

Abstract

Gérard Rolin went to Thailand on a 8-day-birding-naturalist trip with his wife and his 2 children aged 13 and 16 in February 2014. He chose to travel with Wildbird Ecotours and to visit the salt pans of Ban Pak Thale and the Laem Phak Bia Environmental and Development Project near Phetchaburi and the National Parks of Kaeng Krachan and Khoa Yai. Their guide, Kampol Sukhumalind, is currently regarded as the best ornithologist in Thailand. He took part to several surveys and conservation programmes in his country (e.g. the critically endangered Gurney’s Pitta) and he now works for several magazines. He is also a renowned entomologist and herpetologist. He works for Wild Bird Ecotours and also as a free lance guide. During this trip they saw 232 species of birds and more than 15 species of mammals.

http://www.ornithomedia.com/images/puce/suite-article-a.png) 0px 5px no-repeat;">

Situations des principaux sites visités en Thaïlande

Situations des principaux sites visités en Thaïlande.
Carte : Ornithomedia.com

Les marais salants de Ban Pak Thale et le Laem Phak Bia Environmental Research and Development Project

Le Laem Phak Bia Environmental Research and Development Project (un centre de recherche national sur les techniques de traitement des eaux), la langue de sable ("sandpit") de Laem Phak Bia et les marais salants de Ban Pak Thale, dans la province de Phetchaburi, forment un vaste ensemble de marais salants et saumâtres, de bassins piscicoles, de mangroves et de vasières qui attirent de nombreux limicoles et autres oiseaux aquatiques en migration et en hivernage.

Accès : depuis Phetchaburi, il faut prendre l'autoroute jusqu'à Laem Phak Bia et Pak Thale, puis visiter les marais salants de Ban Pak Thale. Pour visiter la langue de sable de Laem Phak Bia, il faut louer un bateau dans le chantier de construction situé deux à trois kilomètres au nord de Had Chao Samra. Pour atteindre les mangroves du Laem Phak Bia Environmental Research and Development Project, environ six kilomètres au nord du croisement de Had Chao Samran, il faut laisser sa voiture près du temple voisin puis explorer les chemins qui sillonnent la mangrove. 
Sept kilomètres au nord du croisement de Had Chao Samran, entre la route 4028 et la côte, les vastes marais salants de Laem Phak Bia méritent aussi une visite, surtout à marée haute.

Emplacements des sites visités lors du séjour en Thaïlande

Emplacements des sites visités lors du séjour en Thaïlande (cliquez sur la carte pour l'agrandir).
Carte : Ornithomedia.com

Les oiseaux : les marais salants sont particulièrement intéressants pour leurs stationnements de limicoles et de sternes, en particulier entre septembre et mai. Les Bécasseaux à cou roux (Calidris ruficollis) et cocorli (Calidris ferruginea), la Barge à queue noire (Limosa limosa), les Pluviers fauve (Pluvialis fulva) et argenté (Pluvialis squatarola) et le Gravelot à collier interrompu (Charadrius alexandrinus) sont nombreux, tandis que le Tournepierre à collier (Arenaria interpres), le Chevalier bargette (Xenus cinereus), le Bécasseau variable (Calidris alpina), le Bécassin d'Asie (Limnodromus semipalmatus), le Phalarope à bec étroit (Phalaropus lobatus), les Courlis corlieu (Numenius phaeopus) et cendré (N. arquata) sont moins nombreux. Parmi les espèces menacées ou rares également visibles, citons le Bécasseau spatule (Eurynorhynchus pygmeus), présent chaque année en petit nombre entre la fin octobre et la fin mars dans les marais salants de Ban Pak Thale, le Chevalier tacheté ou de Nordmann (Tringa guttifer) (régulier en hiver) le Bécasseau de l'Anadyr (Calidris tenuirostris) (groupes en hivernage) et la Petite Spatule (Platalea minor) (plus ou moins annuelle en très petit nombre). 
Le Pluvier de Péron (Charadrius peronii) est nicheur sur la langue de sable de Laem Phak Bia et le Gravelot de Leschenault (Charadrius leschenaultii) y stationne durant la saison sèche. La langue de sable accueille aussi des dortoirs de goélands et de sternes entre février et avril, parmi lesquels des espèces rares ont déjà été vues. Des Anatidés, dont le Dendrocygne siffleur (Dendrocygna javanica), se nourrissent dans les bassins des piscicultures et les marais salants. Des groupes de Tantales indiens (Mycteria leucocephala) et de Pélicans à bec tacheté (Pelecanus philippensis) sont visibles entre avril et novembre dans les bassins des marais salants. Plusieurs Ardeidés pêchent le long de la langue de sable de Laem Phak Bia et sur les bassins : Hérons intermédiaire (Egretta intermedia) et strié (Butorides striata), Aigrettes sacrée (Egretta sacra), garzette (Egretta garzetta), d'Australasie (Ardea alba modesta) et de Chine (Egretta eulophotes) (rare) et Crabier de Chine (Ardeola speciosa).
Plusieurs oiseaux fréquentent les mangroves du Laem Phak Bia Environmental Research Project comme la Gérygone soufrée (Gerygone sulphurea), la Couturière à longue queue (Orthotomus sutorius), le Martin-chasseur à collier blanc (Todiramphus chloris), la Rhipidure pie (Rhipidura javanica), le Siffleur cendré (Pachycephala cinerea), la Témia bronzée (Crypsirina temia), la Marouette brune (Porzana fusca), le Râle strié (Gallirallus striatus) et la Bécassine à queue pointue (Gallinago stenura). Plusieurs migrateurs y font une halte comme les Rousserolles stentor (Acrocephalus stentoreus) et de Schrenck (Acrocephalus bistrigiceps), et la Rousserolle à grand bec (Acrocephalus orinus) y a été capturée (lire Philip D. Round et la redécouverte de la Rousserolle à grand bec). Des groupes d'oiseaux (guêpiers, étourneaux, tourterelles, cormorans...) s'y rassemblent durant la saison sèche, et des milliers de Roussette de Lyle (Pteropus lylei) y vivent.
Les zones buissonneuses côtières (par exemple au nord de Had Chao Samran) sont aussi à explorer pour observer une grande variété d'oiseaux migrateurs ou sédentaires, en particulier plusieurs espèces d'étourneaux.

Le parc national de Kaeng Krachan

Faisan leucomèle (Lophura leucomelanos)

Faisan leucomèle (Lophura leucomelanos), parc national de Kaeng Krachan (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Kampol Sukhumalind

Situé au nord-ouest de Bangkok, à trois heures de route de la capitale, dans les provinces de Phetchaburi et de Prachuab Kiri Khan, ce parc national, le plus grand de Thaïlande, s’étend sur 2 915 km². Il est situé sur le versant oriental de la chaîne de montagnes de Tenasserim, le long de la frontière birmane, et il fait partie d’un des derniers grands massifs forestiers du sud-est de l’Asie. Son point culminant s’élève au-delà de 1 200 mètres d'altitude. 
La flore est très variée du fait de la situation géographique du parc, à la limite entre l’Asie continentale et la péninsule malaise : cela explique à la fois la présence de plusieurs chênes, châtaigniers et érables, de nombreux palmiers et de représentants des genresAfzeliaHopea, TarenaDipterocarpusLagerstroemiaPterocarpus etAquilaria
57 espèces de mammifères ont été recensées, dont l’Éléphant d'Asie (Elephas maximus), le Gaur (Bos gaurus), le Banteng (Bos javanicus), le Léopard (Panthera pardus), le Saro d'Indochine (Capricornis milneedwardsii), le Muntjac de Fea (Muntiacus feae), le Sambar (Rusa unicolor), le Tapir de Malaisie (Tapirus indicus), le Gibbon à mains blanches (Hylobates lar), les Semnopithèques obscur (Trachypithecus obscurus) et malais (Presbytis femoralis) et le Dhole (Cuon alpinus). 
Des informations pratiques sont disponibles sur le site web des parcs nationaux de Thaïlande.

Accès : depuis Phetchaburi, il faut rejoindre le village de Tha Yang puis suivre la direction de Panoen Tung. Le siège du parc est situé non loin du lac de barrage de Kaeng Krachan. L’accès est payant (200 baths). On suit ensuite la seule route de 35 km de long qui relie plusieurs campements et hébergements : le Bang Krang camp, Ban Maka, Ban Song Nok, leSamarn Bird Camp, le Ban Krang camp et le Panoen Tung camp.

Garrulaxe à collier (Garrulax monileger)

Garrulaxe à collier (Garrulax monileger), parc national de Kaeng Krachan, février 2014 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin

Les oiseaux : plus de 420 espèces d’oiseaux ont été observées dans le parc, dont plusieurs atteignent ici la limite nord ou sud de leur aire de répartition. La saison de reproduction (mars à juillet) est la meilleure période pour visiter Kaeng Krachan, mais attention, les mois de mars à mai sont très chauds. 
On peut observer une grande variété d'oiseaux forestiers dans le parc, comme l’Éperonnier chinquis (Polyplectron bicalcaratum), le Faisan leucomèle (Lophura leucomelanos), le Rouloul ocellé (Caloperdix oculeus), les Torquéoles à poitrine brune (Arborophila brunneopectus) et des bois (Arborophila chloropus), le Coq bankiva (Gallus gallus), les Calaos bicorne (Buceros bicornis), pie (Anthracoceros albirostris) et festonné (Rhyticeros undulatus), les Chevêchettes cuculoïde (Glaucidium cuculoides) et à collier (Glaucidium brodiei), la Ninoxe hirsute (Ninox scutulata), les Petits-ducs à collier (Otus lettia) et à front blanc (Otus sagittatus), le Phodile calong (Phodilus badius), les Garrulaxes à collier (Garrulax monileger) et à plastron (Garrulax pectoralis), les Brèves bleue (Hydrornis cyaneus) et ornée (Hydrornis phayrei), le Colombar à gros bec (Treron curvirostra), le Loriot de Chine (Oriolus chinensis), les Pics à dos cramoisi (Chrysocolaptes guttacristatus), meunier (Mulleripicus pulverulentus) et à nuque jaune (Chrysophlegma flavinucha), le Mainate religieux (Gracula religiosa), le Martin couronné (Ampeliceps coronatus), le Trogon à poitrine jaune (Harpactes oreskios), l'Eurylaime de Horsfield (Eurylaimus javanicus) et la Témia temnure (Temnurus temnurus) (en altitude). 
Dans les clairières et les cultures le long de la route d’accès, on peut observer entre autres la Prinia de Hodgson (Prinia hodgsonii), le Coucal rufin (Centropus bengalensis), le Francolin perlé (Francolinus pintadeanus), la Cisticole à couronne dorée (Cisticola exilis), le Bulbul cul d'or (Pycnonotus aurigaster), les Étourneaux à cou noir (Gracupica nigricollis) et vineux (Acridotheres burmannicus) et l'Engoulevent de Horsfield (Caprimulgus macrurus).

Le parc national de Khao Yai

Arbre émergent de la canopée dans le parc national de Khao Yai

Arbre émergent de la canopée dans le parc national de Khao Yai.
Photographie : Blaiz Droz / Wikimedia Commons

Le parc national de Khao Yai est situé à trois heures de route au nord-est de Bangkok. Créé en 1962, c’est le plus ancien parc national de Thaïlande et c'est aussi l’un des plus grands avec une superficie de 2 168 km². Il est composé de prairies et de forêts tropicales sèches et humides. Son plus haut sommet culmine à 1 351 mètres d'altitude. Plusieurs sentiers (50 km) le parcourent. 
2 000 espèces de plantes et 66 de mammifères ont été inventoriées, dont l’Éléphant d'Asie (Elephas maximus), le Gaur (Bos gaurus) (rare), la Panthère nébuleuse (Neofelis nebulosa) (rare), plusieurs espèces de muntjacs, le Sambar (Rusa unicolor), l'Ours malais (Helarctos Malayanus), le Gibbon à mains blanches (Hylobates lar), les Écureuils de Finlayson (Callosciurus finlaysonii) et géant oriental (Ratufa bicolor) et le Dhole (Cuon alpinus).
Des informations pratiques sont disponibles sur le site web des parcs nationaux de Thaïlande.

Accès : il faut d’abord rejoindre le village de Pak Chong, d’où l'on peut prendre un bus (songthaew) jusqu’à l’entrée du parc qui est située à 30 km de là. Il est aussi possible de venir en voiture depuis Bangkok en passant par Nakorn Ratchasima. Parmi les secteurs d’observation connus, citons la tour d'observation ("Wildlife Watchtower"), les environs du siège du parc, le campement Boonsong Lekagul, l’ancien golf (Old Golf Course), le réservoir Mo Sing To, l'étang ("pond") TAT, le campement Pa Gluay Mai, la route des chutes d'eau de Haew Suwat waterfall et celle vers Khao Khieo.

Les oiseaux : parmi les espèces typiques, citons le Coq bankiva (Gallus gallus), le Baza de Jerdon (Aviceda jerdoni), les Aigles noir (Ictinaetus malaiensis) et montagnard (Nisaetus nipalensis), les Calaos bicorne (Buceros bicornis), pie (Anthracoceros albirostris) et festonné (Rhyticeros undulatus), le Calobate de l'Annam (Carpococcyx renauldi), les Faisans argenté (Lophura nycthemera) et prélat (Lophura diardi), les Brèves bleue (Hydrornis cyaneus) et ornée (Hydrornis phayrei), les Eurylaimes psittacin (Psarisomus dalhousiae), corydon (Corydon sumatranus) et de Horsfield (Eurylaimus javanicus), l'Énicure ardoisé (Enicurus schistaceus), les Trogons à poitrine jaune (Harpactes oreskios) et à tête rouge (Harpactes erythrocephalus), les Barbus grivelé (Megalaima faiostricta), à calotte bleue (Megalaima australis) et de Hume (Megalaima incognita), le Garrulaxe à huppe blanche (Garrulax leucolophus), la Pirolle verte (Cissa chinensis), les Pics médiastin (Picus vittatus) et à jugulaire (Meiglyptes jugularis), le Minivet cendré (Pericrocotus cantonensis), l'Akalat à poitrine tachetée (Pellorneum ruficeps), la Torquéole des bois (Arborophila chloropus), le Moineau flavéole (Passer flaveolus), l'Alouette de Java (Mirafra javanica), le Martin-chasseur gurial (Pelargopsis capensis), les Engoulevents oreillard (Lyncornis macrotis) et de Horsfield (Caprimulgus macrurus), le Guêpier de Leschenault (Merops leschenaulti), la Cisticole à couronne dorée (Cisticola exilis), la Prinia de Hodgson (Prinia hodgsonii) et le Martinet géant (Hirundapus giganteus).

Précision : observation et éthique

Au cours de ce voyage, nous n’avons utilisé la repasse (le fait d'utiliser l’enregistrement de sons d'oiseaux pour les attirer) qu’une seule fois, pour tenter d'observer le Petit-duc indien (Otus sunia) qui répond bien à la diffusion de son chant sur son lieu d’hivernage, ce qui ne pose donc pas de problème dans la mesure où l’oiseau n’est pas cantonné sur son territoire en période de reproduction. Notre guide se refuse à toute utilisation de ce procédé pour attirer des oiseaux sur leur territoire et considère que la repasse, largement pratiquée par d’autres guides pour permettre à leurs clients de "cocher" des espèces rares, peut être lourde de conséquences quand elles sont sensibles aux dérangements et très recherchées comme les brèves par exemple. Ces oiseaux, attirés par les enregistrements, peuvent être facilement déstabilisés et risquent d’abandonner leur territoire face à ce qu’ils prennent pour un mâle plus entreprenant. Nous avons passé près de deux heures, bien cachés, à bonne distance d’un nid de Calaos bruns (Anorrhinus tickelli) : nous les avons entendus à plusieurs reprises mais ils n'ont jamais rejoint leur nid. Des traces dans la forêt indiquaient que d’autres observateurs étaient allés attendre les oiseaux au pied de l’arbre où était située leur cavité, peut-être dans l’espoir de faire des photos. Il me semble important de rappeler que l’observation des oiseaux, à plus forte raison lorsqu’il s’agit d’espèces fragiles, doit se faire dans le plus grand respect des oiseaux et que la "coche" coûte que coûte ne doit pas être la motivation première des observateurs.

Jour 1 : de Bangkok à Phetchaburi

Perruche à moustaches (Psittacula alexandri)

Perruche à moustaches (Psittacula alexandri), temple de Wat Chalerm Phrakiet, février 2014. Bien que largement répandue en Asie, cette espèce est
classée "quasi-menacée", notamment en raison de la capture pour le commerce d’oiseaux de cage. Elle
est en déclin constant en Thaïlande.
Photographie : Gérard Rolin

Après avoir quitté l’aéroport de Bangkok à 10h30, notre première journée a été consacrée au trajet jusqu’à Phetchaburi. Après une heure de route, un premier arrêt dans le secteur de Bangkok au temple Wat Chalerm Phrakiet nous a permis d’observer une quinzaine d’espèces communes : Héron gardeboeufs d’Asie (Bubulcus ibis coromandus), Bec-ouvert indien (Anastomus oscitans), Tourterelle à tête grise (Streptopelia tranquebarica), Géopélie zébrée (Geopelia striata), Coucou koël (Eudynamys scolopacea), Martinets batassia (Cypsiurus batasiensis) et malais (Apus nipalensis), Rollier indien (Coracias bhengalensis), Barbu à plastron rouge (Megalaima haemacephala), Martin triste (Acridotheres tristis), Grand Martin (Acrodotheres grandis), Bulbul de Blanford (Pycnonotus blanfordi), Souimanga à gorge brune (Anthreptes malacensis), Couturière à longue queue (Orthotomus sutorius) ainsi que deux espèces que nous n'avons vues qu'ici, la Chevêche brame (Athene brama) et la Perruche à moustaches (Psittacula alexandri), un oiseau quasi-menacé en forte régression en Thaïlande. Un court arrêt ensuite a été consacré à observer une colonie de Salanganes à nid blanc (Aerodramus fuciphagus germani) installée dans le temple de Wat Chong Lom.
Le long du trajet, des arrêts dans deux zones humides nous ont permis de faire de belles observations des espèces suivantes : Cormorans de Vieillot (Phalacrocrax niger) et à cou brun (Phalacrocorax fuscicollis), Dendrocygne siffleur (Dendrocygna javanica), Anserelle de Coromandel (Nettapus coromandellus) (plus de 100), Jacanas bronzé (Metopidus indicus) et à longue queue (Hydrphasianus chirurgus), Marouette brune (Porzana fusca), Étourneau pie (Sturnus contra), Moineau flavéole (Passer flaveolus), Tisserin de Baya (Ploceus philippinus), Tantale indien (Mycteria leucocephala), Ibis à tête noire (Threskiornis melanocephalus), Bondrée orientale (Pernis ptilorhynchus), Busard tchoug (Circus melanoleucus), Pluvier fauve (Pluvialis fulva), Mouette du Tibet (Larus brunnicephalus) et Prinia simple (Prinia inornata). Cette première journée s’est achevée par une sortie à Phetchaburi axée sur la recherche de l’Engoulevent indien (Caprimulgus asiaticus) : un adulte seul et un autre accompagné d’un jeune ont été vus.

                
Géopélies zébrées (Geopelia striata)

Géopélies zébrées (Geopelia striata). Cette petite tourterelle introduite dans plusieurs pays d’Asie est
commune en Thaïlande (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
     
Colonie de Salanganes à nid blanc (Aerodramus fuciphagus germani)

Colonie de Salanganes à nid blanc (Aerodramus fuciphagus germani) dans le temple de Wat Chong Lom., février 2014 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin


Jour 2 : marais côtiers et parc national de Kaeng Krachan

Marais salants de Ban Pak Thale

Vue des marais salants de Ban Pak Thale (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin

La matinée de cette deuxième journée a été consacrée à l’observation des oiseaux fréquentant les marais salants de Ban Pak Thale, dont la "vedette" est le Bécasseau spatule (Eurynorhynchus pygmeus), un limicole en danger critique d’extinction. Parmi les trente espèces de limicoles notées, citons les Pluviers de Mongolie (Charadrius mongolus) et de Leschenault (Charadrius leschenaultii), les Chevaliers stagnatile (Trigna stagnatilis) et tacheté (Tringa guttifer) (une espèce menacée accompagnant souvent le Chevalier aboyeur (Tringa nebularia)), les Bécasseaux spatule (un individu), de l’Anadyr (Calidris tenuirostris), maubèche (Calidris canutus), à cou roux (Calidris ruficollis), de Temminck (Calidris temminckii), à longs doigts (Calidris subminuta) et falcinelle (Limicola falcinellus), le Phalarope à bec étroit (Phalaropus lobatus), la Barge à queue noire (Limosa limosa melanuroide) (une sous-espèce qui pourrait être élevée au rang d'espèce), le Bécassin d’Asie (Limnodromus semipalmatus) et d'autres échassiers également communs sous nos latitudes. 
Un arrêt sur le site du Lam Phak Bia Environmental and Development Project nous a permis de voir d’autres oiseaux aquatiques comme le Pluvier fauve (Pluvialis fulva), les Guifettes moustac (Chlidonias hybridus) et leucoptère (Chlidonias leucopterus), les Martins-chasseurs à collier blanc (Todirhamphus chloris) et à coiffe noire (Halcyon pileata) et quelques passereaux comme les Gobemouches brun (Muscicapa daurica) et de Sibérie (Muscicapa sibirica), le Rhipidure pie (Rhipidura javanica), le Souimanga à gorge brune (Anthreptes malacensis), les Pies-grièches à bandeau (Lanius vittatus) (dont c’était la première mention pour la Thaïlande) et brune (Lanius cristatus cristatus), le Drongo royal (Dicrurus macrocercus), le Langrayen brun (Artamus fuscus) et les Capucins damier (Lonchura punctulata) et domino (Lonchura striata).

Bécasseau spatule (Eurynorhynchus pygmeus)

Bécasseau spatule (Eurynorhynchus pygmeus), marais de Ban Pak Thale. En déclin très rapide, cette espèce est considérée en danger critique d’extinction avec une population totale estimée entre 270 et 400 adultes (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Kampol Sukhumalind
Chevaliers tachetés (Tringa guttifer)

Chevaliers tachetés (Tringa guttifer), marais de Ban Pak Thale. Cette espèce est en déclin rapide. Elle est considérée comme “menacée”, avec une population totale estimée à seulement 330 à 670 adultes (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Kampol Sukhumalind


Nous avons ensuite fait route vers le parc national de Kaeng Kra Chang. Dès notre arrivée, nous nous sommes installés dans un petit observatoire construit en forêt à proximité d’un abreuvoir où les oiseaux se baignaient. Nous y sommes restés environ deux heures, jusqu’à la tombée du jour. Les espèces n’étaient pas très nombreuses mais nous avons fait de très belles observations des oiseaux suivants : Torquéoles à poitrine brune (Arborophila brunneopectus) et des bois (Arborophila chloropus), Coq bankiva (Gallus gallus), Colombine turvert (Chalcophaps indica), Bulbuls à huppe noire (Pycnonotus melanicterus), de Finlayson (Pycnonotus finlaysoni) et de Blanford (Pycnonotus blanfordi), Shama à croupion blanc (Copsychus malabaricus), Tchitrec azuré (Hypothymis azurea), Akalats d’Abbott (Melanocincla abbotti) et à poitrine tachetée (Pellorneum ruficeps), Pomatorhin à long bec (Pomatorhinus hypoleucos), Timalie à gorge striée (Macronous gularis), Garrulaxes à collier (Garrulax monileger) et à plastron (Garrulax pectoralis), Alcippe à joues brunes (Alcippe poioicephala) et Témia bronzée (Crypsirina temia).

Torquéole à poitrine brune (Arborophila brunneopectus)

Torquéole à poitrine brune (Arborophila brunneopectus), parc national de Kaeng Krachan, février 2014. Cette espèce forestière est considérée comme peu commune sur l’ensemble de son aire et est vulnérable en Thaïlande (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
Garrulaxe à plastron (Garrulax pectoralis)

Garrulaxe à plastron (Garrulax pectoralis), parc national de Kaeng Krachan, février 2014 (cliquez sur la photo pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin


Jour 3 : parc national de Kaeng Krachan

Eurylaime de Gould (Serilophus lunatus)

Eurylaime de Gould (Serilophus lunatus), parc national de Kaeng Krachan, février 2014.
Photographie : Gérard Rolin

Départ à 6h15 en direction du parc. Nous avons fait plusieurs arrêts dans la matinée avant le déjeuner pris dans le camping du parc et nous avons vu les oiseaux suivants : Crabier chinois (Ardeola bacchus), Autour huppé (Accipiter trivirgatus), Coucou surnicou (Surniculus lugubris), Salangane de l’Himalaya (Collocalia brevirostris), Hémiprocné longipenne (Hemiprocne longipennis), Rolle oriental (Eurystomus orientalis), Calaos pie (Anthracoceros albirostris) et bicorne (Buceros bicornis), Barbu grivelé (Psilogon faiostrictus), Pics à nuque jaune (Picus flavinucha) et brun (Celeus brachyurus), Hirondelle striolée (Hirundo striolata), Bulbul de Charlotte (Iole olivacea) (quasi menacé), Verdin à tête jaune, (Chloropsis cochinchinensis), Loriot de Chine (Oriolus chinensis), Drongos cendré (Dicrurus leucophaeus), à crinière (Dicrurus hottentotus) et à raquettes (Dicrurus paradiseus), Pouillot brun (Phylloscopus fuscatus), Mésange sultane (Melanochlora sultanea) et Souimanga à dos vert (Nectarinia jugularis). 
Une bonne partie de l’après-midi a été consacrée à la recherche d’oiseaux forestiers, et notamment du Calao d’Austen (Anorrhinus austeni), hélas sans succès. Parmi les nouvelles espèces notées figuraient l’Eurylaime de Gould (Serilophus lunatus), la Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea) et le Gobemouche vert-de-gris (Eumyias thalassinus).
J’ai choisi de dormir dans le camping avec mon fils dans l’espoir de découvrir quelques mammifères durant la nuit. Cette solution s’est avérée plutôt inconfortable mais intéressante : six espèces ont été notées, dont deux porcs-épics. Par mesure de sécurité, la tente était installée à l’intérieur d’un bâtiment à côté du restaurant. Mon épouse et ma fille sont reparties dormir auSamarn Bird Camp, ce qui leur a permis de repérer un Faisan leucomèle (Lophura leucomelanos), un oiseau non revu par la suite.
Les séances d'observation au camping en soirée et le lendemain matin ont aussi été fructueuses, et d'autres espèces ont été trouvées : Vanneau indien (Vanellus indicus), Colombar à gros bec (Treron curvirostra), Pic canente (Hemicircus canente), Irénée vierge (Irena puella), Gobemouche de la taïga (Ficedula albicilla), Dicée à dos rouge (Dicaeum cruentatum), Mainates couronné (Ampeliceps coronatus) et religieux (Graculus religiosus) et deux espèces plus inhabituelles pour la région, le Merle obscur (Turdus obscurus) et le Loriot à bec effilé (Oriolus tenuirostris).

Jour 4 : parc national de Kaeng Krachan

Garrulaxe à joues blanches (Garrulax sinensis)

Garrulaxe à joues blanches (Garrulax sinensis), parc national de Kaeng Krachan, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Kampol Sukhumalind

Cette journée, en partie consacrée à l’observation des oiseaux d'altitude (le point culminant du parc s'élève à plus de 1 200 mètres d'altitude), nous a donné l'occasion de voir les nouvelles espèces suivantes : Serpentaire bacha (Spilornis cheela), Carpophage à manteau brun (Ducula badia), Corylis vernal (Loriculus vernalis), Martinet de Sibérie (Apus pacificus), Barbus à gorge bleue (Psilogon asiatica) et de Hume (Psilogon incognitus), Pics à dos rouge (Dinopium javanense) et meunier (Mulleripicus pulverulentus), Hirondelle du Népal (Delichon dasypus), Echenilleurs pie (Hemipus picatus) et frangé (Coracina fimbriata), Bulbul flavescent (Pycnonotus flavescens), Verdins barbe bleue (Chloropsis cyanopogon) et de Hardwicke (Chloropsis hardwickei), Gobemouche de Sibérie (Muscicapa sibirica), Grampsorin à collier (Grampsorhynchus torquatus), Garrulaxe à joues blanches (Garrulax chinensis), Grand Arachnothère (Arachnothera magna), Drongo bronzé (Dicrurus aeneus) et Témia de Swinhoe (Dendrocitta formosae).
De retour au Samarn Bird Camp, nous avons opté pour une sortie organisée par l’hôtel axée sur la recherche du Petit-duc d’Orient (Otus sunia) que nous avons bien vu. Ce fut la seule occasion du voyage où nous nous sommes autorisés à pratiquer la repasse pour attirer un oiseau, cette espèce répondant facilement à son chant sur ce site d’hivernage mais ne s'y reproduisant pas. En revenant au Samarn Bird Camp, nous avons vu un Engoulevent de Horsfield (Caprimulgus macrurus) dans de bonnes conditions.

Jour 5 : du parc national de Kaeng Krachan à celui de Khao Yai

Avant de faire route vers le parc national de Khao Yai, nous avons observé les oiseaux autour de l'hôtel du Samarn Bird Camp entre 6h30 et 8h00. Parmi les oiseaux vus, citons les Martins-chasseurs de Smyrne (Halcyon smyrnensis) et à coiffe noire (Halcyon pileata), l’Alouette d’Indochine (Mirafra marionae), les Pipits de Richard (Anthus richardi) et rousset (Anthus rufulus), le Bulbul cul d’or (Pycnonotus aurigaster), le Martin vineux (Sturnus burmannicus), le Langrayen brun (Artamus fuscus) et le Moineau flavéole (Passer flaveolus).

Calobate d’Annam (Carpococcyx renauldi)

Calobate d’Annam (Carpococcyx renauldi), parc national de Khao Yai, février 2014 : ce grand coucou forestier difficile à observer est l’une des espèces emblématiques de ce parc (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin

Nous sommes arrivés dans le parc national de Khao Yai à 16h00 et nous sommes rapidement dirigés vers le restaurant dans l’espoir de voir l’un des oiseaux emblématiques du parc, le Calobate d’Annam (Carpococcyx renauldi), et deux individus sont apparus vers 17h00. Parmi les oiseaux observés sur le chemin de notre hébergement, citons une trentaine de Martinets géants (Hirundapus giganteus) venus boire à la surface d’un lac en fin d’après-midi. Une courte sortie nocturne nous a permis de revoir l’Engoulevent de Horsfield.

Jour 6 : parc national de Khao Yai

Départ très matinal pour la station radar située en altitude : c'est le seul point bien éclairé toute la nuit dans le secteur et il attire de ce fait de nombreux papillons qui, à leur tour, sont chassés dès le lever du jour par plusieurs oiseaux. Il fallait donc être sur les lieux très tôt, et nous avons pu voir de belles espèces telles que la Phasiannelle onchall (Macropygia unchall), l’Échenilleur ardoisé (Coracina melaschistos), la sous-espèce à gorge orange du Bulbul à huppe noire (Pycnonotus melanicterus johnsoni), les Pouillots de Milne Edwards (Pycnonotus armandii) et boréal (Phylloscopus borealis), le Pomatorhin à tête ardoise (Pomatorhinus schisticeps), le Garrulaxe à joues blanches (Garrulax chinensis), le Verdin à front d’or (Chloropsis aurifrons), le Monticole bleu (Monticola solitarius), le Souimanga sombre (Aethopyga saturata), le Zostérops à flancs marron (Zosterops erythropleurus), la Pirolle verte (Cissa chinensis) et la Pie-grièche brune (Lanius cristatus lucionensis). Nous avons ensuite recherché les oiseaux de plus basse altitude, notamment à proximité du camping, et nous avons vu la Grive à tête orange (Zoothera citrina), le Rossignol bleu (Luscinia cyane), le Monticole à gorge blanche (Monticola gularis), les Gobemouches mugimaki (Ficedula mugimaki) et de Hainan (Cyornis hainanus) et le Dicée à gorge feu (Dicaeum ignipectus cambodianum).

Calao bicorne (Buceros bicornis)

Calao bicorne (Buceros bicornis), parc national de Khao Yai, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Dessin : Manon Rolin

Parmi les autres oiseaux observés au cours de la journée, signalons le Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus), le Coq bankiva, le Coucal ruffin (Centropus bengalensis), le Guêpier de Leschenault (Merops leschenaulti), les Calaos bicorne (Buceros bicornis) et festonné (Aceros undulates), le Barbu de Hume (Psilogon incognita), le Minivet de Swinhoe (Pericrocotus cantonensis), le Bulbul orphée (Pycnonotus jocosus), le Merle de Féa (Turdus feae) (espèce classée vulnérable, une rareté pour le parc national de Khao Yai), le Corbeau de Levaillant (Corvus (macrorynchos) levaillanti), et le Dicée à bec épais (Dicaeum agile). La fin de l’après-midi a été consacrée, sans succès, à la recherche d’une autre espèce emblématique du parc, le Faisan prélat (Lophura diardi). Nous avons donc décidé de commencer la journée suivante par la recherche de ce bel oiseau.

Jour 7 : parc national de Khao Yai

Avant notre départ à 6h30, une petite promenade à proximité de notre hébergement m’a permis de voir une troupe de Garrulaxes à huppe blanche (Garrulax leucolophus). Nous avons parcouru des petites routes dans la forêt à la recherche du Faisan prélat et, après deux heures de patience, nous avons pu observer plusieurs mâles passant devant nous et un couple dans le sous-bois. Parmi les autres espèces observées lors de cette matinée, citons le Coq bankiva, facile à voir en bordure de route forestière, le Trogon à tête rouge (Harpactes erythrocephalus) et le Pic médiastin (Picus vittatus).
Nous avons ensuite consacré deux heures à la recherche de deux espèces fréquentant les rives des cours d'eau, le Martin-pêcheur méninting (Alcedo meninting) et l’Énicure ardoisé (Enicurus  schistaceus), que nous avons vus en fin de promenade. Parmi les autres espèces observées figurent la Bondrée orientale (Pernis ptilorhynchus), l’Aigle à ventre roux (Lophotriorchis kienerii), le Shama à croupion blanc et l’Akalat de Tickell, ainsi que deux Loutres à pelage lisse (Lutrogalla perspicilliata).
La fin d’après-midi a été consacrée à la recherche de l’Éléphant d’Asie, ce qui nous a valu une belle frayeur dans la mesure où le seul individu que nous ayons rencontré attaquait les véhicules sur la petite route que nous étions obligés d’emprunter pour rentrer... 
Lors d’un arrêt au bord d'une rivière en forêt en fin d’après-midi, nous avons fait une observation plutôt inhabituelle de cinq Bec-ouverts d’Asie (Anastomus oscitans) parmi d'autres plus classiques comme le Martin-pêcheur d’Europe (Alcedo atthis) et le Colombar à gros bec.

Jour 8 : du parc national de Khao Yai à Bangkok

La matinée de cette dernière journée a été consacrée à la recherche (infructueuse) entre 6h30 à 11h00 du Faisan argenté (Lophura nycthemera). Nous avons tout de même fait de belles observations d’autres espèces déjà rencontrées comme le Carpophage à manteau brun, le Trogon à tête rouge, le Pic brun, l'Eurylaime de Gould, le Bulbul pâle, le Pomathorin à tête ardoise et le Souimanga sombre et de quelques nouveautés : Bulbul aux yeux gris (Iole propinqua), Tarier de Stejneger (Saxicola strejnegeri) (lire Identifier les Tariers pâtre, de Sibérie, de la Caspienne et de Stejneger), Bouscarle de Swinhoe (Urosphena squameiceps), Couturière à col noir (Orthotomus atrogularis) et Zostérops oriental (Zosterops palpebrosus).
Nous avons ensuite pris la route pour le sud de Bangkok pour observer les oiseaux qui vivent le long des rives des cours d'eau, et nous avons observé l'Anhinga roux (Anhinga melanogaster), l'Élanion blanc (Elanus caeruleus), la Glaréole orientale (Glareola maldivarum), le Martin-pécheur pie (Ceryle rudis) et le Guêpier à queue d’azur (Merops philippinus). Nous avons regagné la France le lendemain matin.

D'autres photos du séjour

Chevêche brame (Athene brama)

Chevêche brame (Athene brama), temple de Wat Chalerm Phrakiet, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
Anserelles de Coromandel (Nettapus coromandellus)

Anserelles de Coromandel (Nettapus coromandellus), Bang Jark, Klong Khone, sud de la province de Samut Songkram, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
Engoulevents indiens (Caprimulgus asiaticus) adulte et poussin

Engoulevents indiens (Caprimulgus asiaticus) adulte et poussin, Phetchaburi, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Manon Rolin
Bécassins d’Asie (Limnodromus semipalmatus), Barges à queue noire (Limosa limosa melanuroides) et Echasses blanches (Himantopus himantopus)

Bécassins d’Asie (Limnodromus semipalmatus), Barges à queue noire (Limosa limosa melanuroides) et Echasses blanches (Himantopus himantopus). Classé “quasi-menacé” avec une population totale estimée à 23 000 individus, le Bécassin d’Asie est en déclin, notamment en raison de la destruction de ses sites d’hivernage. La sous-espèce L. l. melanuroides de la Barge à queue noire est parfois considérée comme une espèce à part entière (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Kampol Sukhumalind
Pie-grièche à bandeau (Lanius vittatus)

Pie-grièche à bandeau (Lanius vittatus), marais de Lam Pak Bia, février 2014. C'est la première mention la Thaïlande de cette espèce du sous-continent indien (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Kampol Sukhumalind
Colombine turvert (Chalcophaps indica)

Colombine turvert (Chalcophaps indica), parc national de Kaeng Krachan, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
Bulbul à huppe noire (Pycnonotus melanicterus)

Bulbul à huppe noire (Pycnonotus melanicterus), parc national de Kaeng Krachan, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
Tchitrec azuré (Hypothymis azurea)

Tchitrec azuré (Hypothymis azurea), parc national de Kaeng Krachan, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
Témia bronzée (Crypsirina temia)

Témia bronzée (Crypsirina temia), parc national de Kaeng Krachan, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
Bulbul flavescent (Pycnonotus flavescens)

Bulbul flavescent (Pycnonotus flavescens), parc national de Kaeng Krachan : cette espèce est présente au-dessus de 800 mètres d’altitude.
Photographie : Gérard Rolin
Moineau flavéole (Passer flaveolus)

Moineau flavéole (Passer flaveolus), Samarn Bird Camp, parc national de Kaeng Krachan, février 2014.
Photographie : Gérard Rolin
Petit-duc d’Orient (Otus sunia)

Petit-duc d’Orient (Otus sunia), Samarn Bird Camp, parc national de Kaeng Krachan, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Kampol Sukhulamind
Engoulevent de Horsfield (Caprimulgus macrurus)

Engoulevent de Horsfield (Caprimulgus macrurus), parc national de Khao Yai, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
Pirolle verte (Cissa chinensis)

Pirolle verte (Cissa chinensis) capturant un sphinx au lever du jour, parc national de Khao Yai, février 2014.
Photographie : Gérard Rolin
Monticole à gorge blanche (Monticola gularis)

Monticole à gorge blanche (Monticola gularis), parc national de Khao Yai, février 2014 (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Gérard Rolin
Calao bicorne (Buceros bicornis)

Calao bicorne (Buceros bicornis) mâle près du nid, parc national de Khao Yai, février 2014. Le mâle assure seul le nourrissage et la femelle peut rester enfermée dans son nid pendant 4 mois (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Kampol Sukhulamind
Faisan prélat (Lophura diardi)

Faisan prélat (Lophura diardi), parc national de Khao Yai, février 2014. La population de cette belle espèce forestière est estimée à 5 000 individus en Thaïlande (cliquez sur l'image pour l'agrandir).
Photographie : Kampol Sukhulamind
 
.